jeudi 13 mai 2021

Explorateurs des galaxies

EXPLORATEURS DES GALAXIES 

T.1 MISSION ULTRA SECRÈTE 

FRÉDÉRICK MAURÈS


124 PAGES

AUTO-ÉDITION

AVENTURE JEUNESSE


4/5




UNE AVENTURE INÉDITE 

Je tiens tout d'abord à remercier Frédérick Maurès pour l'envoie de son roman. 

    Je ne lis pas souvent de livre à destination des enfants, mais je dois dire que Explorateurs des Galaxies m'a très agréablement surprise. Tout d'abord j'ai grandement apprécié le prologue. En effet, dès les premières pages le narrateur interpelle directement le lecteur. On fait donc la rencontre de Jean, le grand-père de Camille, à qui il va raconter ses folles aventures de jeunesse. Des aventures extraordinaires et incroyables ! Ces quelques pages d'introduction m'ont d'emblée plonger dans le récit et je n'avais plus qu'une envie, en connaitre la suite.     

    Ce roman est un livre jeunesse à destination des enfants de 9 à 13 ans. Ce que j'ai aimé c'est que bien qu'il soit accessible par ce public, l'auteur n'infantilise pas ses lecteurs en ne se privant pas d'utiliser un vocabulaire riche. Grâce à l'aide de Camille qui n'hésite pas à interrompre son grand-père pour lui poser des questions, on a une reformulation des événements  au cas où un élément aurait échappé à notre attention. De plus, Jean nous définit des mots et des concepts tels que l'anarchie, la démographie ou encore le fait d'être solidaire. 

Les chapitres sont courts, ce qui apporte un confort de lecture car j'imagine que les plus jeunes ont un temps de concentration peut-être plus réduit que le nôtre et qu'ils ont donc besoin de plus de temps pour lire ce roman. Ils peuvent donc facilement interrompre leur lecture à la fin d'un chapitre. Même si cela a été compliqué pour moi car j'avais très envie de découvrir toutes les aventures de Jean !

La fin de ce tome nous laisse sur notre faim et j'ai trop hâte de découvrir la suite et de savoir comment toutes ces folles péripéties vont se terminer. 


RÉSUMÉ 

    Chaque soir, pendant les vacances d’été, Camille n’en croit pas ses oreilles : son grand-père Jean lui raconte les aventures extraordinaires qu’il a vécues dans sa jeunesse, alors qu’il était pilote junior au Centre des Opérations Ultra Secrètes (COUS). Bien avant la conquête de la Lune par les américains, une équipe d’astronautes français aguerris avait déjà mené de périlleuses missions d’explorations bien au-delà du système solaire, aux confins de l’univers. Mais un jour, plus tôt que prévu, un événement inattendu va entraîner le jeune homme et ses coéquipiers, Ricardo et Stanislas, ainsi que Maya, leur mascotte, dans des aventures spatiales inouïes, au cours desquelles ils vont découvrir des mondes inconnus, d’étranges planètes, des êtres bizarres et des phénomènes extraordinaires. Au péril de sa vie, Jean aura à cœur de mener à bien sa première mission ultra secrète.

"Explorateurs des Galaxies – Mission Ultra Secrète" est le 1er tome d’une trilogie de science-fiction pour les jeunes lecteurs de 9 à 13 ans. Le récit trépidant, outre sa nature romanesque, aborde des thèmes universels tels que le sens de l’honneur, la solidarité ou l’abnégation


jeudi 8 avril 2021

Collision

Couverture Collision

COLLISION 


MARIE-PEIRRE GARNIER


167 PAGES

AUTO-ÉDITION 

CONTEMPORAIN À SUSPENSE 


3/5


UNE COLLISION AVEC L'IMPORTANCE DE LA VIE 

Je tiens tout d'abord à remercier Marie-Pierre Garnier pour l'envoi de son roman. Je vais commencer ma chronique par tout ce que j'ai aimé (attention la liste est longue).

Tout d'abord j'ai beaucoup aimé la diversité des personnages rencontrés. En très peu de pages, l'autrice arrive à nous faire éprouver des sentiments à leur égard. En nous dévoilant des moments clés de leur existence, on comprend leur caractère et ce qui les a amenés à être tels qu'ils sont. Je pense que c'est l'un des plus grand point fort de ce livre car je ne m'attendais pas à ressentir de la compassion, de la haine ou même de l'attachement en à peine plus de 150 pages. J'ai d'ailleurs été particulièrement charmée par Jean-Marc et l'amour qu'il porte à sa femme et à sa famille. 

J'ai aussi énormément apprécié le découpage de ce roman. Effectivement, chaque chapitre débute avec le nom du protagoniste que nous allons suivre et l'heure. On assiste ici à un véritable compte à rebours jusqu'au moment fatidique: la collision de ces 4 personnages. On ne peut arrêter le temps et on est obligé de tourner les pages jusqu'à la dernière sans pouvoir s'arrêter. 

Enfin, je vais parler de ce que j'ai le moins apprécier dans ce roman. Cela vient sûrement de mon impatience personnelle et non du roman mais j'ai envie de l'évoquer. J'ai presque trouvé que la collision mettait trop de temps à se produire. À son approche je trouve qu'on a trop de détails dont on pourrait se passer. J'étais tellement impatiente qu'elle se produise !! Et surtout connaitre "l'après" qui, comme le reste du roman a été assez court, avec uniquement des informations pertinentes. Mais j'en aurai peut-être souhaité un petit peu plus.Par contre, l'ajout des pages de journaux sont un vrai plus qui appuie le côté réaliste de l'histoire.

Pour finir, même si cela peut paraitre surprenant, j'ai troué que ce roman était une véritable ode à la vie. Il nous rappelle que nous devons profiter aujourd'hui de tous ce que nous avons, de nos proches, de notre santé, de nos biens car du jour au lendemain on peut disparaitre. Que la vie ne tient parfois qu'à un détail et qu'elle peut nous être enlever d'un claquement de doigt. 

Alors profitez-en <3

RÉSUMÉ 

Un pilote amateur de sensations fortes, en quête de l’ultime moyen d’échapper à la monotonie et à l’anonymat.
Une ambitieuse stagiaire dans la tour de contrôle, déstabilisée par une découverte qui pourrait bien changer le cours de sa vie.
Un grand manager pressé de rentrer à Paris pour fêter la signature d’un important contrat.
Un manutentionnaire aigri, passablement imbibé d’alcool, qui commet imprudence sur imprudence sur le tarmac.
Quatre personnages dont les trajectoires vont entrer en collision, un certain vendredi d’octobre, à l’aéroport de Lisbonne.

dimanche 7 mars 2021

Eschaton

ESCHATON 

    
Guy-Roger Duvert

231 PAGES

AUTO-ÉDITÉ

SCIENCE-FICTION

4/5


UNE BELLE DECOUVERTE 

Je remercie Guy-Roger Duvert pour m'avoir une nouvelle fois fait confiance. 

Je l'avais prédit dans ma chronique d'Outsphere: cet auteur a un très fort potentiel. Et c'est ce qu'il a réussi à me démontrer dans Eschaton. Je suis encore une fois très agréablement surprise et je vais vous expliquer pourquoi. 

    Il faut savoir que j'ai lu ce roman en une journée, durant une période où je n'arrivais pu à lire grand chose, c'est dire à quel point il m'a séduite. Il n'est pas très long, 230 pages et les chapitres sont assez courts ce qui facilite la lecture et fait de ce livre un page-turner. Je le trouverai presque trop court. J'avais l'impression que certains passages manquaient de détails tandis que d'autres étaient presque trop détaillés. J'apprécie toujours autant la plume de l'auteur qui sait aller à l'essentiel. 

    Je vous avoue que je me suis plongée dans ce roman sans avoir lu l'entièreté du résumé (vous savez comme j'aime me faire surprendre). Et j'ai plus ou moins bien fait... D'un côté j'ai bien fait de ne pas lire tout le résumé car je trouve qu'il en dévoile beaucoup sur des événements qui n'arrivent pas immédiatement dans l'histoire. De l'autre, j'aurai dû être informée qu'il y aurait une romance qui prendrait le dessus sur la partie science-fiction car j'ai été un peu  déçue que l'idylle entre nos deux protagonistes passe presque au premier plan. Leur comportement m'a légèrement surprise. En effet, vu la situation ils n'ont presque pas l'air plus inquiets que ça et semblent seulement préoccupés par le fait de rester ensemble dans l'après.

    Bon et sinon parlons de ce qui fait l'originalité du roman. Le Framework. C'est ce deuxième univers, digital. Où sont copiés une partie de la population, des Hommes ayant de l'interêt. De l'intérêt pour quoi me demenderiez-vous. Et bien pour la reconstruction de la population. Car ça y est, l'heure est arrivée, la pollution et notre mode de consommation a eu raison de la planète. Il est trop tard, on ne peut plus faire marche arrière. Certains scientifiques connaissent dorénavant cette date fatidique, où l'humanité entière sera décimée, et ont créé en conséquence Le Framework. 

    Notre lecture est donc l'alternance entre deux mondes mais aussi deux versions de la même personne. Car lorsqu'une personne est copiée dans le Framework (du moins les données associées à cette personne), elle évolue d'une part dans le Framework mais aussi dans le monde réel, et cela indépendamment, sans savoir ce qu'il se passe pour l'autre entité. 

    C'est dans cette partie que j'aurai aimé plus d'approfondissement, car je suis certaine que le Framework a un fort potentiel que j'aurais aimé mieux connaitre. On en apprend légèrement sur la fin mais cela reste tout de même assez court.      

    En bref, ce roman n'est pas une aussi grosse claque qu'Outsphere mais il m'a tout de même séduite. Je vous encourage vivement à découvrir cet auteur, qui je l'espère, n'a pas fini de nous surprendre. 


RÉSUMÉ

Dans un futur proche, la population est passée du statut d'insouciance à celui d'inquiétude, pour enfin vivre dans la résignation : la planète est trop endommagée, le désastre climatique est en cours, la fin de notre civilisation approche. Et pourtant, hormis un fatalisme ambiant, cela affecte peu le quotidien de chacun. Autant profiter de ce qu'on l'a tant que cela dure.

Casey est un compositeur de musiques de films célèbre, confortablement installé dans sa villa sur les hauteurs de Hollywood. Ayant perdu ses parents, des climatologues faisant partie des derniers à s'être battus pour empêcher la catastrophe, il est comme les autres, profitant des bienfaits d'une existence certes agréable, mais qu'il sait condamnée. À sa propre surprise, il se retrouve contacté par un homme qui prétend connaître la date exacte de la fin du monde, et qui parle d'un programme lancé pour permettre à notre civilisation d'y survivre. Un monde virtuel dans lequel seront copiés les personnalités de tous les plus grands scientifiques et artistes vivants, et duquel ils pourront sortir des siècles plus tard, lorsque la planète sera à nouveau habitable. Pour résumer : lui mourra bien le jour de l'Eschaton, du jugement dernier, mais sa copie digitale lui survivra. N'ayant rien à perdre, il accepte.

Tout bascule lorsque peu après, il tombe amoureux d'Eve, une brillante journaliste. L'idée qu'une partie de lui puisse survivre sans elle devient insupportable. Le couple va alors s'élancer dans une enquête à travers les Etats-Unis, sur fond de fin du monde climatique, afin de localiser le site du programme et en convaincre les responsables d'intégrer Eve.

jeudi 6 août 2020

Le crabe aux pinces de plomb

LE CRABE AUX PINCES DE PLOMB 

MARILIS VALO

274 PAGES

PUBLISHROOM

SUSPENS

2.5/5




D'EXCELLENTES IDÉES MAIS UNE MISE EN FORME DIFFICILE

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier chaleureusement Marilis Valo pour l'envoi de ce roman via la plateforme Simplementpro.

Je vais d'abord vous faire part des points que j'ai apprécié durant ma lecture. Le premier point qui me vient immédiatement en tête est l'attachement que j'ai éprouvé pour les personnages. En effet, Tara la jeune fille malade est entourée d'une espèce d'aura qui rend son personnage presque mystique. Tout comme Erwin qui, pour son âge est d'une immense maturité et qui dégage une impression de puissance. J'ai aussi apprécié son Senseï ainsi que la mentor de Tara bien que celle-ci ne soit que citée. J'ai particulièrement bien aimé leur duo ainsi que tous les personnages secondaires qui forment l'équipe de choc que nous découvrons tout le long du roman. Leur groupe parait presque irréel dans ce monde qui se veut être le nôtre tellement les personnages qu'on rencontre sont spéciaux.
La seule personnage qui m'a énervé est la mère de Tara. Effectivement cette dernière est aveugle quant à tous les événements que traversent sa fille et qui se retrouve donc seule à devoir affronter tout ça alors qu'une mère devrait être le premier soutient pour son enfant. J'ai vraiment trouvé le fait que la mère de Tara privilégie son travail plutôt que sa fille étrange. Je reviendrai sur ce point plus tard dans ma chronique.
Cependant, l'auteur a très bien réussi à nous faire passer le sentiment d'impuissance que l'on partage avec Tara. En effet, la personne qui mène les ficelles de cette histoire est une très mauvaise personne et on se retrouve tous (nous lecteurs comme nos héros) impuissants face à cela.
J'ai apprécié aussi la temporalité de l'histoire car tout ne se passe pas en un claquement de doigt mais en un mois, avec la date à chaque début de chapitre.
Enfin, le dernier point positif que j'ai noté est le suspens qu'arrive à mettre en place l'auteur. Bien que je n'ai pas dévoré ce livre d'une traite, j'attendais impatiemment les révélations sur plusieurs points mystérieux: la disparition d'un professeur, le cadavre retrouvé au début du roman, l'origine de la maladie de Tara, les recherches menées dans la clinique et bien évidement le lien entre tout cela. J'ai d'ailleurs apprécié les réponses donnaient par l'auteur.


Concernant les points négatifs j'en note un énorme qui m'a assez freiné dans ma lecture: les coquilles. J'ai eu l'impression que ce roman avait été écrit à la va-vite et qu'il n'a subit que très peu de relectures. J'ai du noter plus de 5 phrases agrammaticales telle que "il était âgé de 40 ans années". Ces fautes m'ont assez gênées durant ma lecture. J'ai compris le pourquoi du comment en arrivant au milieu du roman et avec l'évocation du "Covid-19". Le roman étant paru en mai, l'auteur a du l'écrire dans un temps record ce qui explique ces coquilles.
Le deuxième point négatif concerne les intrigues secondaires. Je les ai trouvées superflu, pas assez approfondies, juste bonnes à décorer mais sans réel interêt. Je pense ici aux parents d'Erwin. J'ai l'impression que l'auteur ajoute des éléments juste pour pouvoir emmener ses personnages là où elle veut mais sans autre but et de manière assez brouillon. On peut par exemple citer ici la mère de Tara qui préfère son métier à sa fille malade... Comme-ci chaque élément n'était là que pour arriver là où l'auteur veut aller. C'est très difficile à expliquer et je ne sais pas si vous comprendrez ce que je veux dire mais c'est la première fois que j'ai cette impression en lisant un roman. Ces péripéties secondaires ne sont là que pour arriver à un seul but et une fois que ce but est atteint le problème engendré par cette péripétie est aussitôt réglé. Je n'ai pas vraiment apprécié. Il se peut, peut-être, que ce roman soit adressé aux plus jeunes et que par le fait cela soit "fait exprès" mais sachant que nos personnages sont adolescents, je ne pense pas.


En bref, un roman avec du suspens, du mystère, des personnages attachants mais qui m'a déplu dans sa rédaction. Le fond à du potentiel mais la forme est entièrement à revoir.


RÉSUMÉ

Une fille indomptable
Un piège effroyable
Un garçon inclassable
Des ennemis implacables
Un complot abominable
Une forteresse imprenable
Une mort… inéluctable ?

Atteinte d’un mal rare et incurable, Tara, 15 ans devrait être morte depuis des années. Erwyn, lui, essaie de donner du sens à sa vie et de canaliser sa violence en utilisant son adresse au combat. Leur rencontre va précipiter une série d’événements qui les plongera dans une aventure haletante. Aidés par un ex-flic reconverti dans les arts martiaux, un assistant-bibliothécaire pessimiste, une scientifique surdouée et un improbable duo de hackers, ils vont tenter de déjouer un complot terrifiant aux ramifications internationales, pour sauver la vie de Tara, et par la même occasion, celle de millions d’autres humains.

lundi 11 novembre 2019

La lumière sur l'étrange vieille femme moche



LA LUMIÈRE SUR L'ÉTRANGE VIEILLE FEMME MOCHE



FRANCIS THIERRY 

83 PAGES 

AUTO-ÉDITION

FEEL GOOD


3/5


UN POTENTIEL À EXPLOITER

Ce livre m'a tout de suite attiré avec son titre et son résumé. J'ai toujours adoré collectionner les bons de réduction quand j'étais plus jeune, et lire un livre qui parle d'un homme pareil m'a alors intrigué. Je ne m'attendais pas du tout à découvrir une telle histoire. 
Pour moi, il était certain qu'on suivrait le quotidien d'un homme banal et d'une étrange vieille femme moche. 

Mais c'est une histoire bien plus complexe que nous livre l'auteur. En effet, ce livre gravite autour de Pierre, qui est, à lui seul, le fil conducteur du roman. Vont se dresser autour de lui de nombreux personnages qui seront tous, très bien travaillés par l'auteur, qui réussira à nous les rendre attachants en peu de pages. Rien n'est laissé au hasard et tous ont un rôle à jouer dans l'histoire.
Je ne peux pas trop parler de l'histoire en elle-même car le roman est très court donc je vous laisserai découvrir par vous même de quoi il en retourne.

Cependant, je trouve que l'histoire était trop dense et que l'auteur a essayé de nous faire passer beaucoup d'informations en peu de pages. J'avoue ne pas avoir compris certains moments du roman. Je relirai ce livre sans aucun doute en essayant de saisir toutes les subtilités que je n'ai pas réussi à bien capturer durant cette première lecture. 

Comme dit précédemment, il y a beaucoup de personnages, il faut donc bien s'en rappeler car ils disparaissent pour revenir plus tard dans le récit.

Concernant l'étrange vieille femme moche, j'ai été captivée par ce personnage. Elle mériterait un livre à elle seule tellement elle offre un potentiel d'histoire infini. J'ai trouvé intéressant le fait qu'un homme de 40 ans puisse lui aussi avoir toujours besoin de sa bonne fée. 

L'auteur ne s'encombre pas avec des détails et va directement aux faits. C'est pour cela qu'en 80 pages, on voit se dérouler une grande partie de la vie de Pierre. Ce rythme est un peu rapide pour moi et j'aurai peut-être préféré plus de développement.

Avec ce premier roman, Francis Thierry Boulanger nous prouve son potentiel car lorsqu'il s'attarde sur les détails des événements, son écriture est agréable. Espérons qu'avec cette première parution il tienne en compte des conseils de ses lecteurs pour ses prochaines publications qui ne seront que meilleures. 


RÉSUMÉ

Cet homme, utilisant tous ses bons de remboursement que vous avez rencontré au moins une fois, au supermarché, alors que vous étiez pressé. Vous êtes-vous demandé, qui il était ?Notre héros, Pierre, est une de ces victimes du consumérisme, toujours à l’affût d’offres de remboursement.Mais rien ne serait arrivé, sans l’intervention de l’étrange vieille, femme moche.Ce roman, raconte l’histoire, souvent aux frontières du réel, d’un génie arpentant les rayons d’une supérette. Sur un ton humoristique, en passant de l’ombre à la lumière, on découvre comment toute la mécanique autour de Pierre et de l’étrange vieille femme moche, fonctionne.

dimanche 15 septembre 2019

Fuir pour survivre

FUIR POUR SURVIVRE


SOLANGE MARIE 

219 PAGES

PUBLISHROOM

ADULTE


3,5/5 



DE NOMBREUSES  INVRAISEMBLANCES  QUI FREINENT LE POTENTIEL DU ROMAN 

Un des points les plus positifs de ce roman c'est qu'il n'y a pratiquement aucune longueur. En effet, la mise en place de l'histoire se fait très rapidement, l'auteure nous donne les informations essentielles et  on arrive rapidement dans le centre du problème. Claire devient une femme battue et elle n'a aucun autre moyen d'assurer sa survie ainsi que celle de sa fille, que de prendre la fuite. Cependant, je ne suis que peu d'accord avec ce point de vue. Alors c'est sûr que ça nous fait un roman avec des péripéties mais niveau crédibilité on peut mieux faire (surtout avec la mise en place de tant de moyens contre les femmes battues à notre époque). 
Mais bref, passé cette première invraissemblalité, Claire commence son périple et j'ai eu l'impression qu'elle se compliquait elle-même la tâche. Elle s'impose une fuite très dure mais pour moi cette dureté est injustifiée, elle aurait pu fuir beaucoup plus aisément. Elle se met une pression toute seule, et j'ai l'impression que l'auteure a fait ça pour qu'on se dise "ouah quelle femme forte et réfléchie" mais personnellement ça m'a juste énervé de la voir si peu réfléchir. 
De plus, comme l'indique le résumé, elle va se trouver sur le chemin du tueur en série du moment (ouah quelle coïncidence). Il est vrai que cette rencontre va la changer à jamais mais je l'ai trouvé beaucoup trop exagérée et au risque de me répéter complètement fictionnelle. Alors, il est vrai que cet élément participe à la construction de Claire et va lier son amitié à jamais avec Nora (une gitane), mais il est pour moi totalement irréel.
 Arrive ensuite le meilleur passage du roman, la rencontre de Claire et de la communauté gitane. En effet, elle va arriver dans cette famille de gitans et va tisser des liens avec ces derniers. Ceux-ci auront une place centrale dans son histoire et les moments qu'elle partage avec eux sont les plus beaux du roman selon moi. J'aimerai bien plus étoffer mon avis mais je ne veux pas non plus trop vous en dire. La seule chose que je peux encore ajouter et que l'histoire ne se termine pas quand le problème est réglé. L'auteur la fait continuer après et elle ne nous laisse pas sur notre faim, et c'est tant mieux.


En bref, un roman sur la violence conjugale qui change de ce qu'on peut lire, notamment par les rencontres faites par notre personnage. Cependant, bon nombre des éléments de cette histoire sont totalement irréels, ce qui empêche le lecteur d'être totalement concerné par le récit. Il serait cependant hypocrite de ne pas préciser que le roman se dévore, et qu'on a envie de voir ce qui attend Claire. 



RÉSUMÉ 

Claire parviendra-t-elle à échapper aux dangers qui la guettent ?

Victime de violences conjugales, Claire vit dans la peur permanente. Une existence dévorée qu’elle subit en attendant des jours meilleurs, jusqu’à ce que son mari commette l’impardonnable. La jeune femme prend alors conscience qu’elle n’a plus qu’une solution, fuir. À travers les forêts et les villages, elle espère atteindre la Suisse pour se mettre à l’abri, persuadée que s’il la retrouve, il la tuera. Cependant, un autre fugitif sème la terreur dans la région, et elle pourrait se retrouver face à un tueur aussi charismatique que dangereux. Entraînée dans un tête-à-tête mortel, Claire devra ruser pour survivre jusqu’à l’arrivée d’une âme providentielle qui peut-être, changera sa vie à jamais.

Plongez au coeur du destin de Claire, femme battue qui se démmène pour survivre et enfin échapper à la violence qui l'entoure.

jeudi 12 septembre 2019

Outsphère

OUTSPHÈRE


GUY-ROGER DUVERT

310 PAGES

ÉDITEUR INDÉPENDANT 

SCIENCE-FICTION


4,5/5




QUELLE CLAQUE ! 

      Alors que j'avais du mal à entrer dans ce roman de part son grand nombre de personnage, qu'on rencontre tous d'un seul coup et par la mise en place de l'univers un peu lente, j'ai persévéré dans ma lecture et j'en suis très heureuse. 

     En effet, j'ai un peu eu du mal à accrocher au début. On rencontre les personnages dès leur réveil après un sommeil de... 80 ans !) Et oui, il y a 80 ans, une partie de la population a quitté la Terre en direction d'une planète jugée apte à accueillir la vie humaine (car oui, l'être humain a réussi à rendre la planète bleue inhabitable). On va donc suivre une petite panoplie de personnages, les militaires, les dirigeants politiques et quelques citoyens qui vont tous nous raconter leur colonisation de cette planète. Le groupe de militaire est assez conséquent et j'avoue que cela à légèrement freiné ma lecture car à chaque fois je devais me rappeler que untel était un soldat l'autre était un commandant etc... De plus le décor est complètement tiré de l'imagination de l'auteur ce qui l'oblige à nous le décrire pour qu'on puisse se l'imaginer aussi. Moi qui lis rarement de la "Fantasy", je me suis retrouvée un petit peu freinée dans ma lecture par les descriptions (bien que nécessaires) de l'environnement. De plus on doit laisser le temps à l'histoire de se mettre en place, bien qu'une première péripétie arrive assez rapidement (il se pourrait bien qu'une autre équipe de terriens nouvelle génération mettent leur petit grain de sel dans cette conquête spatiale), il faudra tout de même attendre la deuxième partie du roman, soit la page 70 pour que les choses bougent.
     Mais attention, une fois que les 70 premières pages sont lues il devient impossible de lâcher le roman. L'auteur enchaine les péripéties et n'hésitent pas à malmener ses personnages. Ce dernier va exploiter son univers à fond et créer des phénomènes plus qu'originaux qui deviendront des obstacles pour nos colonisateurs.

     Autre point super intéressant: l'auteur n'occupe pas seulement l'espace terrestre qu'il a crée. Il va allonger son roman dans l'espace. En effet, certains colons n'éliront pas domicile sur la planète mais resteront dans le vaisseau (à des fins scientifiques, etc...) et ceci sera un réel plus value à l'histoire, surtout lorsqu'on assistera à la cohabitation du premier vaisseau et du deuxième. Cette cohabitation aura aussi lieu sur la planète. Bien que les premiers terriens auront du mal avec cette nouvelle espèce d'être humain aux capacités... surprenantes ils vont être obliger de cohabiter ensemble et cela sera une énorme source de conflit (encore un joli dénoncement de la médiocrité de l'espèce humaine, de la part de l'auteur) 

     La multitude de personnage qui était pour moi un frein au début va devenir un des plus grands atouts de ce roman. Effectivement, ces nombreux individus vont en voir de toutes les couleurs. Bien qu'il y ai un fil conducteur majeur (la survie d'un maximum d'humain face à ce nouveau milieu), les protagonistes ne feront pas face aux même difficultés et c'est cela qui rend le roman intéressant. 
     Pour vous donner un léger aperçu de la dure survie de nos personnages, je pourrai vous parler de l'atmosphère très hostile de la planète, des autochtones qui y habitaient en premier ou bien des animaux sauvages bien plus effrayants que sur Terre et je finirai par la rivalité qui va doucement naître entre les terriens du premier vaisseau et ceux du second. 

     Grand point positif pour l'auteur, il a réussi à nous faire oublier un personnage et le fera réapparaître plus tard dans le roman ce qui a su provoquer chez moi un réel intérêt. 

     Bien que la fin donnée à cette intrigue principale ne me plaît pas beaucoup (j'aurai en effet imaginé un autre dénouement), je suis impatiente de me procurer le prochain tome car la fin est insoutenable. L'auteur va créer un nouveau problème pour nos occupants qui devront bien prendre un roman entier pour réussir à le résoudre car c'est un problème de taille, encore plus coriace que ce qu'ils ont eu a affronté jusqu'ici. 

     Je ne mets que la note de 4,5/5 car malgré toute la richesse des aventures de nos héros, j'ai trouvé le début beaucoup trop lent pour que ce roman soit un coup de coeur. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un premier roman et que la suite s'annonce palpitante. 



RÉSUMÉ 


     Après avoir quitté une Terre mourante du fait des erreurs de nos sociétés, l'Arche, premier vaisseau à coloniser une exoplanète, arrive au bout d'un long voyage de 80 ans. Les colons sortent de leurs caissons cryogéniques et découvrent ce qui doit devenir un nouveau commencement pour l'humanité. Une nouvelle planète, un monde principalement végétal baptisé Eden. Les surprises se cumulent vite : la surface abrite une espèce primitive mais intelligente, des ruines prouvent l'existence de civilisations passées avancées, le système climatique obéit à des règles très particulières. Mais malgré tout cela, la colonisation commence de manière somme toute très classique, avec les traditionnelles oppositions entre militaires, scientifiques, civils. 
     Mais tout change avec l'arrivée d'un nouveau joueur : un second vaisseau spatial arrive, quelques mois seulement après l'Arche. A son bord, des Terriens partis 60 ans plus tard, bénéficiant d'une technologie plus avancée, et eux même fortement modifiés génétiquement. Capables de se synchroniser et de communiquer télépathiquement entre eux, ils sont devenus une espèce fondamentalement collectiviste, que tout oppose aux traditionnels Terriens individualistes de l'Arche. Les deux peuples essaient dans un premier temps de cohabiter et d'apprendre les uns des autres, mais les obstacles rencontrés, le passé de la planète qui s'avère beaucoup plus riche et mystérieux que prévu, vont rapidement augmenter les tensions. Eden représente-t-il un nouvel espoir, ou au contraire la fin d'une civilisation? "Outsphere" est une saga de science-fiction, qui tout en développant un univers particulièrement fouillé, s'amuse à explorer des questions philosophiques liées d'un côté au transhumanisme, de l'autre aux oppositions entre pensées collectivistes et individualistes.